La fermeture des Forges de l'Adour vue par la Compagnie (suite)...

Publié le par adolphine

Conférence de Presse du 6 juin 1963 sur la Conversion de l'usine du Boucau (Forges de l'Adour) - suite...

 

 

L'infrastructure administrative (suite)


Le dispositif administratif ne se limite pas à l'intervention de l'Etat, de la Haute Autorité et des autorités locales. Des organismes divers nous apportent leur concours : je citerai tout spécialement la SODIC qui nous aide dans nos prospections et nos projets, la Société Centrale pour l'Equipement du territoire, dont les objectifs et l'activité sont connus, ainsi que les Sociétés de développement régional.

De son côté, notre Compagnie, animatrice de l'opération, a créé à cet effet un service spécial pour la conversion du Boucau.
L'effectif en est réduit, mais son zèle est inlassable et outre la mise sur pied du dispositif administratif que je viens d'évoquer, et les relations avec les services compétents pour son application, notre Direction de la conversion a progressé de façon très efficace dans la voie de la réussite. Nous allons indiquer maintenant le point où nous sommes arrivés.


Les résultats acquis


Nous sommes dans le temps à la moitié du parcours qui nous était imparti. C'est une bonne époque pour faire le point.

Une partie importante du travail accompli a été consacrée à la négociation des accords qui ont été évoqués tout à l'heure, mais parallèlement se poursuivaient des tractations avec de nombreuses firmes en vue de passer avec elles des contrats de conversion dont le principe était prévu dans le protocole passé avec les Pouvoirs Publics.

Là encore nous partions dans l'inconnu à de multiples points de vue. La prospection a dû être entreprise d'une manière totalement empirique, faute de disposer d'indications précises et concrètes sur des interlocuteurs possibles.

Nous avons donc cherché par nos propres moyens et dans les directions les plus variées. Cette méthode a porté ses fruits.

Il est toujours difficile d'annoncer avec certitude le résultat d'une opération avant qu'elle soit terminée. Si toutes les négociations actuellement en cours avec une dizaine d'entreprises aboutissent, l'opération de conversion du Boucau sera résolue, car le total des effectifs que demandent les entreprises en cause pour leurs usines nouvelles dépasse le chiffre de notre effectif actuel.

Si certains de ces dialogues n'aboutissent pas, l'expérience nous a montré que nous trouverons dans les jours qui viennent de nouveaux interlocuteurs. D'ores et déjà, les projets dont nous pouvons considérer que le succès est à peu près certain couvrent plus de mille emplois, et répétons-le l'ensemble des pourparlers en cours dépasse l'effectif de l'usine...


                                                                     à suivre...





Publié dans Histoire

Commenter cet article