Conférence sur la Chapelle des Forges du 20 septembre 2008 (suite).....

Publié le par adolphine

Création de la paroisse des Forges :

Monseigneur de Cormont évêque d’Aire prend la décision d’ériger les Forges en paroisse et de les détacher de la paroisse de Tarnos à partir du 1/8/1929.

Cette paroisse portera le nom de Notre Dame des Forges. Voici son découpage :

depuis la mer jusqu’à la voie de chemin de fer , depuis l’Adour jusqu’au canal de Pichepaou (actuellement l’aygas je pense), bien sûr, le territoire de Tarnos qui est compris entre la rue Georges Lassalle (rue de Lille à l’époque) et la voie de chemin de fer.



Le rattachement au diocèse de Bayonne :

La création de cette paroisse ne résolvait pas un problème récurent depuis de nombreuses années. Car l’implantation humaine consécutive à l’installation des Forges s’est faite dans le pourtour de l’usine, indistinctement sur les territoires des communes de Tarnos et de Boucau.

Un compromis avait été trouvé : les enfants du quartier dit de l’usine et paroissiens de Boucau sont autorisés à suivre les cours de catéchisme auprès du desservant de la chapelle des Forges. Il y eut de nombreuses querelles et le 18 juin 1932 le modus vivendi est supprimé.

Mais bien des habitants du quartier de l’usine réclamaient leur rattachement pastoral à la paroisse Notre Dame des Forges. Finalement les deux évêques (Monseigneur Mathieu et Monseigneur Houbaut) décidèrent le 1/7/1938 de confier la paroisse Notre Dame des Forges au clergé de Bayonne pour une période de 25 ans.

Ce prêtre du diocèse de Bayonne recevrait de l’évêque de Dax le titre de vicaire économe.

L’abbé Mora étant décédé en février 1938, le premier vicaire économe, l’abbé Esperne arriva en septembre 1938, remplacé pendant l’été 1941 par Jean-Pierre Picochet.

En 1963 arriva l’échéance des 25 ans, les deux évêques laissèrent les choses en l’état, par une convention verbale qui ne précisa aucune durée.

En 1965 les Forges fermèrent et la Compagnie liquida les terrains qui lui appartenaient. L’évêché de Dax racheta sur proposition de la Compagnie le terrain sur lequel s’élevait l’église. Le diocèse de Dax a donc repris l’administration complète de cette église, Bayonne donnant juridiction sur la parcelle du quartier de l’usine appartenant à la paroisse de Boucau.

Le dernier vicaire économe fut l’abbé Aritzia.

Publié dans Conférences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article