Conférence sur la Chapelle des Forges du 20 septembre 2008 (suite et fin).....

Publié le par adolphine

Les desservants :

 

Je vais maintenant vous parler des desservants de l’église des Forges

L’abbé Jules LAMBLIN
  :

Marie Henri Jules LAMBLIN est né le 24/6/1870 à Saint André de Seignanx, au château de Broquedis. Il est le fils d’Henri de Louise Olympe Vivien. Sa sœur Marie Louise sera l’épouse de Auguste DETANGER directeur adjoint des Forges de l’Adour. Arrivé fin 1898, il quittera la Cité en 1921, après avoir été remplacé, pendant la guerre de 1814 par le père Testemale (prêtre du Sacré Cœur de Betharam). Il est nommé directeur spirituel du Collège Notre Dame de Dax. Il rentre ensuite dans la Congrégation de l’Oratoire. Il parcourt la France, prêchant des missions.

Il est mort à St Germain en Laye le 11/10/1958.

L’abbé Jean MORA :

Il est né à Donzacq le 7/4/1874, fils de Jean et de Jeanne Coucourran. Il est curé de Saint Geours, quand en avril 1921, il est nommé aumônier des Forges. Il arrive avec la réputation d’un maître de l’art musical dont il fit profiter la paroisse. Il publia un journal qui s’appelait " Le Clocher des Forges ". Il devint en 1929 le premier curé des Forges. Il est mort à Tarnos le 28/1/1938.

Léon ESPERNE
  :

C’est le premier vicaire économe. Né à Hasparren en 1900, il arrive aux Forges en septembre 1938. Il part des Forges en juin 1941 pour être nommé curé de la paroisse Saint Charles de Biarritz.

Jean Pierre PICOCHET
  :

Il est né à Barcus le 18/8/1899. Il est ordonné prêtre le 18/7/1926. Le 29/7/1926 il est nommé vicaire à Ste Eugénie de Biarritz. Curé d’Osserain le 16/7/1936, il est appelé vicaire économe de Notre Dame des Forges le 5/6/1941. Démissionnaire pour raison de santé, il est nommé sur sa demande aumônier de l’Aérium de Banca le 10/7/1962. En 1971, il se retire dans son village natal, où il décède le 6/10/1981.

Jean Ariztia le remplace jusqu’en septembre 1965.

Curé des Forges
  :

Abbé Grossières septembre 1965 1969

Curé Labaste avril 1969 1977

Jean Marcel Lalanne fin 1977 – été 1981

Jean Beuste été 1981 – été 1983

Bernard Livet été 1983 – été 1992 qui sera le dernier curé des Forges.



Le Cimetière des Forges
 :

 

Le quartier on l’a vu prend de l’ampleur. Les enterrements se font soit à Tarnos, mais le plus souvent à Boucau, car c’est moins loin et la côte est moins rude, à l’époque tout se fait à pied.

Ainsi lorsque la femme de Claudius Magnin meurt en novembre 1900, à l’age de 52 ans, la cérémonie a lieu à la chapelle des Forges, mais l’enterrement se fait dans le cimetière de Boucau.

Cet événement suivi de bien d’autres (décès de Paul Delay et de la mère d’Alexandre Détanger) décidèrent Monsieur Magnin à faire les démarches pour la création du cimetière de la Cité.

Le 31 mai 1902 l’autorisation préfectorale est accordée.

Les premières concessions perpétuelles sont celles des familles Magnin, Delay et Détanger.



Conclusion

 

Inscrit depuis le 12/4/2001 dans l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, l’église Notre Dame des Forges a été acquise en 2002 par la ville de Tarnos et rénovée en 2007 et 2008.

A été également créée une ZPPAUP (Zone de protection de patrimoine architectural Urbain et Paysager) qui comprend tout le quartier des Forges.

Ces monuments sont les seuls vestiges qui restent des Forges de l’Adour, leur réhabilitation était donc très importante.

Publié dans Conférences

Commenter cet article